SHIATSU

 

Art du toucher d’origine japonaise, il est le fruit de la rencontre des techniques orientales et occidentales. 

Grâce à la large palette de techniques que propose la méthode, il s’adresse aussi bien aux personnes désirant améliorer leur santé qu’aux personnes souffrantes.

Aussi adapté pour traiter des problèmes articulaires que des maladies, c’est une méthode d’accompagnement efficace et reconnue.

HYPNOSE

 

Elle permet d’accéder à son inconscient afin de résoudre des difficultés ne pouvant être traitées consciemment. 

C’est également un moyen d’explorer sa nature profonde et d’acquérir de nouvelles capacités.

Ayant largement fait ses preuves dans le milieu médical où elle est autant utilisée en anesthésie que pour traiter  les douleurs, l’hypnose dispose de nombreux outils permettant de réaliser ses objectifs de vie.

Au sujet du Shiatsu

Une pratique de santé universelle

L’étymologie de Shiatsu est l’amalgame de deux mots japonais: « Shi » qui veut dire les doigts, et « Atsu » qui veut dire la pression.

Les pratiques manuelles sont un patrimoine universel de l’humanité car pratiqué depuis toujours dans toutes les civilisations avec leurs spécificités culturelles.

Le Shiatsu est une évolution de techniques de santé ancestrales du Japon et de la Chine ancienne (de plus de 2’500 ans). En tant que discipline officielle, elle est relativement récente: le terme apparait dans les années 1950.

Avec l’arrivée des technologies occidentales telles que la pharmacopée, les pratiques traditionnelles sont – pas mises de côté comme en Occident – mais renforcées. Le Japon est un pays de contrastes.

Une méthode préventive et corrective

On le pratique pour résoudre des problèmes fonctionnels et des maladies, ainsi que pour soulager durant des situations difficiles. Il est préférable d’y avoir recours en mode préventif avant que le mal s’installe.

Des techniques ancestrales et modernes

L’essentiel du travail se fait avec la pression des doigts sur le corps, ainsi qu’avec d’autres régions telles que la paume, le coude, le genou… Les pressions peuvent être appuyées par des percussions sur les zones à traiter. On peut pratiquer avec des outils ce qui n’est pas le cas de Vincent Pittet qui applique la méthode traditionnelle:

Pressions sur les méridiens d’acupuncture: permettre de faire circuler, harmoniser les énergies organiques et Yin/Yang via les canaux d’énergie de la médecine traditionnelle chinoise.  Ces derniers sont situés sur de larges bandes tendino-musculaires et parcourent l’ensemble du corps. Le résultat est un meilleur fonctionnement qui permet d’améliorer son état de santé.

Mobilisations des complexes articulaires et mise en mouvement du corps: le but ici est de permettre aux différentes articulations et ce qui les composent (capsules, ligaments, tendons…), de retrouver leur élasticité et leur amplitude de mouvement.

Etirements: ceux-ci sont pratiqués afin de détendre, assouplir et renforcer les articulations.

Aspects énergétiques: il est fréquent que des changements de rythme se produisent durant la séance. La main travaille alors plus lentement pour faire circuler l’énergie, pour connecter les différentes parties du corps et travailler les fascias profonds.

Hormis lorsque le traitement le requiert, le patient est passif ce qui permet un travail plus en profondeur.

La simplicité avant tout

Le Shiatsu se pratique assis, couché sur le dos, sur le côté, ou à plat ventre, installé sur un futon ou une table, habillé en tenue vestimentaire souple.

La séance se déroule dans une salle dédiée confortable et privative, durant environ une heure.

Après le traitement, on peut avoir envie de se reposer davantage ou au contraire être dynamisé, prêt pour l’activité. En règle générale, les patients sont plus détendus, avec une meilleure mobilité.

D’habitude il y a peu d’échange verbal sauf si le patient le requière. Vincent peut travailler en français et anglais.

On peut recevoir un traitement de Shiatsu à tout moment: au lever, après le déjeuner, après une journée de travail, après le sport, avant de se coucher.

Renseignez-vous auprès de votre assurance complémentaire pour vérifier si le Shiatsu est pris en charge.

ouverture_main
pressions_pouces
méridiens
anatomie

Au sujet de l’hypnose

magnetisme_animal
étincelle
change
femme_souriante

Du shamanisme au magnétisme animal 

Il est difficile de retracer avec certitude où a commencé l’hypnose. On a retrouvé des traces de techniques associées alors au shamanisme dans de nombreuses civilisations pour traiter des maux divers et développer des facultés.

Avant le 18e siècle, on ne distingue pas encore la pratique proche de sa forme actuelle: c’est encore le domaine des esprits, des transes rituelles, des remèdes de plantes. 

C’est à partir du 18e siècle que F.A. Mesmer se distingue par sa théorie appelée « le magnétisme animal » que l’hypnose fait surface dans une première ébauche. Dans les années suivantes, la pratique est intégrée dans le domaine de la psychothérapie.

Finalement c’est au 20e siècle avec Milton Erickson et ses nombreux travaux, recherches et disciples que l’hypnose devient célèbre et reconnue par tous comme pratique de santé. 

Un potentiel extraordinaire

On la pratique pour résoudre et dépasser des problèmes émotionnels divers. Elle permet également d’acquérir de nouvelles capacités et d’atteindre des objectifs. Sa seule limite étant l’imagination.

La porte d’entrée des EMC

L’hypnose nécessite au préalable un entretien détaillé pour définir des objectifs concrets et repose sur l’utilisation d’états modifiés de conscience (EMC). Il s’agit d’états où la perception de la « réalité habituelle » est altérée. C’est un état naturel que tout le monde expérimente plusieurs fois dans une journée (ex. conduite d’un véhicule, rêverie dans les transports…) mais qui est utilisé ici pour permettre d’accompagner le patient dans son changement.

Au gré de son voyage intérieur, un protocole sera proposé afin que l’inconscient puisse mettre en place les ressources nécessaires pour atteindre l’objectif fixé.

Les protocoles en hypnose sont très nombreux et peuvent être adaptés en fonction du patient et de la nature de son besoin.

Une pratique dynamique

Contrairement à ce que l’on peut voir dans les films, l’hypnose se pratique aussi bien allongé, assis ou debout. C’est souvent la nature du protocole qui déterminera la manière la plus adéquate de travailler.

On peut avoir recours à l’hypnose en tout lieu car bien conduite une séance s’affranchit de tout cadre. Elle peut même avoir lieu online via des outils de visio-conférence.

Après une séance on peut avoir l’impression d’avoir voyagé très loin et d’avoir vécu des émotions diverses.

On peut pratiquer à tout moment, dès que le besoin ou l’envie se fait ressentir.